Conseil du partenaire

MXO | Agence totale : La croissance décroissante

La croissance décroissante
Savoir se réinventer pour éviter de tomber dans ce piège

Il y a 5 ans, cela faisait 15 ans que j’avais fondé mon entreprise. Bon an, mal an, je faisais mon petit bonhomme de chemin dans le milieu des affaires johannais. Avec du travail acharné, je réussissais à générer une croissance du chiffre d’affaires de 5 à 10 %, ayant même à gérer au milieu des années 2000, une forte décroissance due à un mauvais coup du destin.

Cela dit, de manière globale, sur toutes ces années, mon entreprise semblait bien performer. Pour servir la clientèle sans cesse croissante, je devais aussi faire grandir mon équipe, mes bureaux, acheter de nouveaux équipements, baisser les prix en fonction de la concurrence… ce qui faisait qu’en fin de compte, mes marges demeuraient les mêmes…

Constat : Je travaillais toujours davantage pour générer plus de ventes qui au bout du compte me rapportaient exactement le même profit que 10 ans auparavant…

Bien des entrepreneurs vivent le même problème. Je côtoie depuis quelques années d’autres présidents d’entreprises au sein du Groupement des chefs d’entreprises, et tôt ou tard, on arrive à ce cul-de-sac. Une crise de croissance décroissante.

J’ai développé une petite théorie à ce sujet : pour un être humain, il vient un temps que nos vêtements d’enfants ne nous font plus… ont grandi, on change et il faut savoir renouveler sa garde-robe.

Parfois, on change notre style trop drastiquement et les gens ne nous reconnaissent plus. D’autres fois, on veut s’habiller pour avoir l’air d’un adulte alors qu’on est tout jeune, et ça nous rend ridicule, ou encore, on reste accroché à nos vieilles fringues d’ado alors qu’on a 50 ans, et ça nous rend pathétique. Une chose est sûre, si vos vêtements ne sont pas en phase avec qui vous êtes à un moment précis, ça créé un inconfort tant pour vous, que pour vos proches.

L’entreprise est comme l’humain, elle évolue. Qu’elle soit conformiste ou anticonformiste, il faut savoir changer au moment opportun.

Comme jeune entrepreneur, trop tôt j’ai voulu agir comme une grande entreprise alors que je n’avais pas encore l’expérience ni l’entourage pour bien faire les choses… Voyant que ça ne marchait pas je retournais à mes anciennes habitudes, ne connaissant rien d’autre, en me disant que ce que j’avais essayé pour passer dans les ligues majeures ne marchait pas… Je restais donc dans mes vieilles pantoufles, rendues trop petites, mais quand même plus rassurantes que les grands souliers que j’avais tenté maladroitement de porter.

Il y a 5 ans je me suis réveillé. Mes pantoufles étaient pleines de trous et je voulais conquérir l’Everest. Cette fois-ci, toutefois, je n’ai pas improvisé. J’ai demandé de l’aide. J’ai eu un coach, un homme d’affaires aguerri qui a déjà gravi son Everest dans le milieu des agences et qui, pendant 1 an, m’a suivi dans mes grandes idées et m’a aiguillé pour éviter les grands précipices et crevasses dans lesquels je pouvais tomber.

D’ailleurs, un des questionnements que nous avons eu est celui-ci : est-ce que ton entreprise est bien habillée pour cette expédition ? De ce fait, nous avons changé d’image, passant de Megavolt, experts en création de sites web, à MXO, agence totale. J’ai revu la direction générale, le fonctionnement de l’équipe et les processus, qui étaient parfois les mêmes qu’en 1997 et qui avaient peu évolué. J’ai repensé l’image, les communications, les façons de nous faire voir et connaître et même d’accueillir nos clients dans nos bureaux.

Trois ans après l’amorce de cet imposant virage, force est d’admettre que ces grands efforts en ont valu la peine. Si bien que pour la première fois de notre histoire nous nous sommes classés au prestigieux palmarès PROFIT 500 qui liste les entreprises canadiennes ayant connu la plus forte croissance au cours des 5 dernières. Ce n’est pas peu dire ! Ainsi, en 2016 nous avons connu une augmentation de 200 % sur 5 ans de notre chiffre d’affaires… Avant ce virage, le mieux que nous avions réussi à faire sur 5 ans, c’est 45 %.

Du coté client, ce changement de positionnement fut plus que bénéfique : leur taux d’insatisfaction est désormais réduit à pratiquement zéro puisque nous avons adapté notre offre et nos façons de faire à leurs préoccupations d’aujourd’hui.

Mais je vous vois vous poser la question : c’est bien beau la croissance du chiffre d’affaires, mais qu’en est-il de votre marge de profit ? Disons que ma vie d’entrepreneur est beaucoup plus agréable qu’avant 😉

Comptant 20 ans d’expérience comme entrepreneur, Steve Trinque est à son tour coach d’affaires pour les entreprises de service. Vous aimeriez le rencontrer pour bénéficier de ses conseils, vous pouvez le contacter à steve@mxo.agency